Histoires d’animaux

Histoires d'animaux dans la littérature enfantine

Dans la littérature enfantine, il y a des illustrateurs/trices comme Beatrix Potter, Jean de Brunhoff, Gabrielle Vincent, Brenda Clark que j’aime particulièrement pour leurs univers et leurs histoires d’animaux.

Leurs oeuvres, Babar, Ernest et Célestine, Franklin, Pierre le lapin (Peter Rabbit) figurent aujourd’hui parmi les classiques de ce genre littéraire.

1. Peter Rabbit ou Pierre le lapin

Beatrix Potter dépeint avec amour le monde à la fois poétique et réaliste du coquin Peter Rabbit et de trois autres petits lapins prénommés Flopsy, Mopsy, Cottontail à partir de 1890.

Peter Rabbit ou Pierre le lapin de Beatrix Potter

C’est de cette histoire originale que naît un véritable ouvrage illustré en noir et blanc, caractérisé par l’anthropomorphisme des animaux qui parlent et s’habillent comme des humains et la précision naturaliste et anatomique du trait.

Les animaux de Beatrix Potter sont de vrais petits animaux aux noms pittoresques. Ils sont authentiques et vivent dans leur milieu naturel : les lapins à la campagne près des fermes, les écureuils dans la forêt et les souris se cachent dans les maisons. Ses personnages principaux entrent régulièrement en conflit avec les autres personnages que sont les humains. Par exemple, le fermier MacGregor pourchasse les lapins et c’est avec humour noir que Beatrix Potter évoque le triste sort du père de Peter qui a fini ses jours dans une tourte cuisinée par Mme McGregor.

Peter Rabbit ou Pierre le lapin de Beatrix Potter

2. Babar

C’est l’épouse de Jean de Brunhoff, Cécile, qui est à l’origine de Babar.
De ses aventures est né un livre, illustré en 1931 par l’artiste peintre Jean de Brunhoff. Il y relate les histoires d’un petit éléphant qui s’enfuit à pied de la forêt pour échapper aux chasseurs et qui arrive dans une ville où il s’habille comme un homme. Revenu chez lui en voiture, il y rapporte les bénéfices de la civilisation et est couronné roi des éléphants. Il y épouse sa cousine Céleste et restaure la paix dans sa ville Célesteville.

Babar de Jean de Brunhoff

Jean de Brunhoff magnifie les albums de Babar grâce au grand format qui permet de contempler les images comme de vrais tableaux et dans lesquels harmonie et tranquillité transparaissent. Systématiquement, il use de fonds blancs, faisant ressortir les couleurs, notamment celles des costumes. Il montre en outre, un véritable don de conteur, en passant avec aisance de l’art de l’écrit au dessin.

Babar est une figure de l’enfance d’où se dégagent de la candeur dans ses yeux et de la rondeur dans ses formes.
L’histoire de Babar évoque l’univers maternel et sécurisant pour les enfants, un monde fait d’amour et de sagesse, tout à la fois poétique et nostalgique. Célesteville la ville que Babar fonde, est d’ailleurs la ville du bonheur.
Enfin, les valeurs que Jean de Brunhoff nous transmet ici sont éternelles : importance de la famille, du travail, qualités de cœur.

Babar de Jean de Brunhoff

3. Ernest et Célestine

Avec ses dessins à l’aquarelle, la justesse et la précision du trait, l’illustratrice belge Gabrielle Vincent donne vie à des personnages attachants et nous plonge dans un univers fait de douceur et de tendresse. Les histoires du célèbre couple Ernest l’ours et Célestine la souris racontent des situations de la vie quotidienne.
Ernest, balayeur de rue, a trouvé Célestine abandonnée dans une poubelle, et n’écoutant que son grand cœur, l’a recueillie, nourrie pour ne plus se séparer d’elle.

Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent

Gabrielle Vincent décrit un univers dans lequel le lecteur adulte se reconnaît dans Ernest et les jeunes lecteurs dans Célestine avec ses questions incessantes sur ses origines et sa peur de l’abandon.

Ces petites tranches de vie s’adressent directement aux enfants capables d’ouvrir les yeux et leur cœur pour les ressentir, les partager. Ce qui importe c’est de les montrer avec ce qu’elles ont de bon et d’essentiel à savoir l’amour qu’on donne et qu’on reçoit, la solidarité.

Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent

4. Franklin la tortue

Pour clore ce chapitre sur le thème de la littérature enfantine, je voulais aussi vous parler de l’auteure canadienne Paulette Bourgeois et de l’illustratrice Brenda Clarck devenues toutes deux célèbres avec leurs histoires de Franklin la tortue.

Franklin la petite tortue Illustrations de Brenda Clark

Connues et appréciées de tous, les aventures de Franklin la tortue ont d’abord fait l’objet de livres illustrés qui ont été par la suite adaptés sous la forme de séries télévisées dans les années 1990.

Dans chacune de ses aventures, Franklin qui présente des expressions humaines qui vont en s’affirmant au fur et à mesure, découvre le monde et les personnes qui l’entourent. Confronté à toutes sortes de situations du quotidien (peur d’aller à l’école, maladie…), Franklin se forge petit à petit son propre caractère. Le jeune lecteur ainsi en arrive à s’identifier à cette petite tortue. Les valeurs de tolérance, de respect d’autrui, la fraternité, la tendresse font partie du monde de Franklin.

Franklin la petite tortue Illustrations de Brenda Clark

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *